• Master work of Calligraphy with an autograph of emperor Joseph II

    €2,800.00

    There is only 1 item left in stock.

    Master work of Calligraphy with an autograph of emperor Joseph II.

    Master work of Calligraphy with an autograph of emperor Joseph II.

    Nobility Title for the Hertwig sisters, Manuscript on velum 16 pages, illuminated coat of arms gold and silver toped with the Imperial Eagle, and fabulous ornamental pen work with dazzling mastery in script and calligraphic decoration.

    Signed by Emperor Joseph II brother of Marie-Antoinette

    Vienna 1792

    38cm x 26 cm

    Chef-d’œuvre calligraphique avec la signature autographe de l’empereur Joseph II .

    Lettre de noblesse aux sœurs Hertwig avec la signature autographe de l’empereur Joseph II frère de Marie-Antoinette .
    Superbe manuscrit sur parchemin de 16 pages, richement ornementé dans le style baroque et enrichi d’une magnifique armoirie à pleine page, rehaussée d’or et d’argent et surmontée de l’aigle Impérial .
    Délivré à Vienne en 1792.
    Folio, sous cartonnage recouvert de velours.

    38cm x 26 cm

    Joseph de Habsbourg-Lorraine, en tant qu’empereur des Romains, Joseph II (Vienne 13 mars 1741 – Vienne 20 février 1790), fils aîné de François de Lorraine, grand-duc de Toscane puis empereur des Romains, et de Marie-Thérèse d’Autriche, il succéda à son père comme empereur des Romains en 17653, et devint alors corégent des possessions héréditaires des Habsbourg ; il hérita de celles-ci en 1780 à la mort de sa mère, l’impératrice Marie-Thérèse.

    Joseph II se montra un souverain moderne et réformiste, bien que ses réformes, trop brutales, n’aient été ni comprises ni acceptées par ses sujets. Il s’allia à la Prusse et à l’Empire russe pour dépecer la Pologne (1772) et faillit déclencher une guerre européenne en 1778 en voulant s’emparer de la Bavière. Il tenta d’influencer le cours de la politique étrangère de la France en usant de son influence sur sa sœur Marie-Antoinette d’Autriche. Il essaya également de démembrer l’empire ottoman en s’alliant à l’Empire russe.

    De tous les Habsbourg, pratiquant tous un instrument, Joseph II fut l’un des plus férus de musique. Antonio Salieri fut son maître de chapelle et Directeur de l’opéra italien alors très en vogue, s’efforçant sans succès de faire une place à Mozart à qui l’empereur commanda en 1782, le premier opéra en langue allemande : Die Entführung aus dem Serail (L’Enlèvement au sérail). Amadeus, la pièce adaptée au cinéma par Miloš Forman, reprend une scène cocasse où l’empereur juge qu’un morceau de Mozart comprend « trop de notes ». Il n’en demeure pas moins que Mozart connut les largesses de l’empereur, et sa protection permit la représentation des Noces de Figaro, tiré pourtant de la pièce de Beaumarchais censurée en France. Mozart perdra un protecteur à la mort de Joseph II, dont le frère Léopold II préféra Cimarosa, beaucoup plus célèbre et auteur d’opéras napolitains adorés dans toute l’Europe. Joseph II était passionné d’opéra, il venait à tout moment voir les répétitions au Burgtheater, accompagnant au clavecin les chanteurs comme un professionnel et suggérant des thèmes, comme celui de Così fan tutte, à Da Ponte, son poète impérial.

    Menant une vie austère et sans fastes, voyageant incognito sans protocole, Joseph II, par sa politique réformatrice et néanmoins absolutiste, est l’exemple parfait du « despote éclairé ». Il mourut en 1790, à quarante-neuf ans, dans la tristesse, sans postérité, totalement incompris, ayant fait l’unanimité contre lui, suivi sur le trône par son frère Léopold II, jusque-là grand-duc de Toscane.

    Source Wikipedia

    Reviews