• Topffer Wolfgang-Adam

    €12,000.00

    There is only 1 item left in stock.

    Töpffer [Toepffer, Topfer], Wolfgang-Adam

    Large painting Camaïeux 59 cm x 95 cm
    Figure au catalogue raisonné de Lucien Boissonnas

    Bibliographie
    – L. Boissonnas, Wolfgang-Adam Töpffer (1766-1847), 1995
    – L. Boissonnas, Wolfgang-Adam Töpffer, 1766-1847: cat. raisonné des peintures, 2011

    naissance 20.5.1766 à Genève, décès 10.8.1847 à Genève, prot. (baptisé luthérien), natif, puis citoyen de Genève. Fils de Georg-Christoph, maître tailleur de Schweinfurt (Franconie) qui tenait une chaussetterie à Genève, et de Marguerite Dubochet. ∞ Charlotte Antoinette Counis, fille d'un épinglier saxon. A 14 ans, T. achève son apprentissage de graveur auprès de Jean-François Hess et Isaac-Jacob Lacroix à Genève, François Lardy et Carl Hackert à Lausanne, puis travaille pour la librairie genevoise. En 1786, la Société des Arts, qui voit en lui le successeur de Lacroix, lui offre un stage à Paris. Un séjour de trois ans chez le graveur Nicolas Delaunay lui fait découvrir l'Académie (Joseph Benoît Suvée) et les milieux artistiques. Il s'initie à l'aquarelle avec l'architecte Jean-Thomas Thibaut et fréquente le peintre Jean-Louis Demarne. T. revient à Genève en juin 1789. La Révolution le laisse sans travail. Il expose quelques portraits (aquarelle) en 1792 et suit Pierre-Louis De la Rive dans ses campagnes de paysage. Il se tourne vers la peinture à l'huile, fait des caricatures (aquarelle) exposées en 1798 à Genève. La même année, il innove en montrant une sépia au Salon du Louvre. Ses peintures de genre remportent des succès, surtout à l'étranger. Lors de séjours à Paris, il rencontre Carle Vernet et Dominique Vivant-Denon. La mère du tsar et l'ex-impératrice Joséphine lui achètent des tableaux; T. obtient une médaille d'or à l'exposition du Louvre en 1812. Parvenu à une relative aisance, il pourra élever en bourgeois son fils, Rodolphe ( -> 1), et ses deux filles. Membre influent de la Société des Arts, T. participe à la vie culturelle genevoise. Sa clientèle s'élargit à la Restauration: un mécène anglais le fait venir en Angleterre; ses aquarelles lui valent le succès en France et ailleurs. Longtemps sous-estimé, T. compte parmi les meilleurs peintres-dessinateurs suisses de son temps et soutient aussi la comparaison dans un contexte plus large.


    Auteur(e): Lucien Boissonnas

    SIKART Dictionnaire sur l'art 

    Reviews